MOBILE LEARNING

Video de présentation

E-learning

La Formation Pour Tous
LaFormationPourTous.com

AUTO-FORMATION PROFESSIONNELLE EN LIGNE
6 abonnements au choix
EXAMEN AVEC CERTIFICAT DE FORMATION PROFESSIONNELLE
Obtenir un certificat de formation professionnelle  après avoir soutenu un examen en ligne
DES MODES DE FORMATION DIFFERENTS
En mode Saas ou cession de droits d'utilisations des ressources pédagogiques

A DECOUVRIR !

Connexion utilisateur

2 + 0 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Compte utilisateur

Vous êtes ici

Accueil

Profession libérale : Maître Christiane Feral-Schuhl, avocate

Christiane Féral-Schuhl, création d'un cabinet d'avocats


Nom : Féral-Schuhlcreation-entreprise/FERAL-SCHUHL-christiane
Prénom : Christiane
Société : Cabinet Féral-Schuhl Sainte Marie
Site web : www.feral-avocats.com
Activité : Cabinet d'avocats
Département : 75 Région : Ile-de-France

Mon parcours d'entrepreneure
Après quelques années de collaboration au sein d’un cabinet d’avocats, je me suis installée à mon compte et ai eu la chance de rencontrer rapidement mon associé Bruno Grégoire Sainte Marie avec lequel j’exerce depuis 1988. Nous avons, en 1998, rejoint un cabinet international pour y codiriger l’équipe nouvelles technologies. Puis, nous avons décidé, Bruno et moi, de créer, à compter de 2006 et avec notre équipe, un cabinet de spécialité.
Cette volonté d’entreprendre et de créer mon propre cabinet m’a toujours habitée. Dès que j’ai prêté serment (il y a aujourd’hui plus de 30 ans), j’avais comme objectif de m’installer rapidement et de développer ma clientèle. Comment me suis-je spécialisée dans le domaine de l’informatique et des nouvelles technologies ? L’une des toutes premières affaires qui m’a été confiée portait sur la question de la protection des logiciels par le droit d’auteur. C’était peu avant la loi sur la protection des logiciels. Comme personne ne s’était exprimé sur la question, j’ai commencé à écrire et à prendre position sur le sujet. J’ai eu la chance d’attirer l’attention d’un éditeur de revues juridiques. Cela a été le coup d’envoi et les dossiers ont suivi. Mon métier d’avocat m’amène aujourd’hui à exercer bien d’autres activités : médiation, arbitrage, cyber-arbitrage, expertise, etc. C’est un des avantages que présente l’entrepreneuriat : façonner son métier à sa guise en ayant la liberté de se diversifier. Quelle chance !

Mes 3 principales valeurs
Le Travail dans lequel je crois profondément, le respect des autres qui doit l’accompagner. L’éthique enfin sans laquelle ces deux valeurs n’ont pas de sens.  Ainsi, je ne conçois aucunement mon activité d’avocat sans la dimension humaine qu’incarne ce métier, que ce soit dans mes rapports avec mes clients, mes confrères,  mes associés et mes collaborateurs et avec autrui en général.

Si, je devais recommencer mon parcours d'entrepreneure
Si je devais monter ma structure en 2011, je m’y prendrais de la même manière et j’espère avec les mêmes gens, surtout dans  la  période difficile que nous traversons actuellement. Comme je l’ai fait, je me concentrerais sur le développement de ma clientèle en multipliant les moyens de me faire connaître : publications, conférences, blogs, réseaux sociaux etc. J’axerais ma stratégie sur le développement de mon réseau professionnel, en m’engageant dans des activités associatives et en élargissant mes connaissances au sein des autres professionnels qui exercent la même activité que moi. J’ai présidé pendant 10 ans l’association pour le développement de l’informatique juridique (l’ADIJ) et c’est au sein de cette association que j’ai tissé les liens les plus forts avec mes confrères mais également avec les autres professionnels du droit. C’est un réseau sur lequel je peux compter même si je n’en suis plus la Présidente. C’est probablement en partie grâce à cette expérience et au soutien des membres de cette association  que j’ai réussi à me faire élire par mes confrères, Bâtonnier de l’Ordre des Avocats de Paris.

Mes conseils aux futures entrepreneures
Je leur conseille de choisir un domaine qui les passionne car l’entrepreneuriat nécessite un investissement personnel et professionnel considérable. Les futures entrepreneures ne doivent jamais se laisser décourager par les obstacles qu’elles pourront rencontrer et doivent à tout moment croire en leur capacité à trouver une solution pour chaque difficulté. Enfin, leur condition de femme ne devrait jamais être un frein à leur ambition, ni un prétexte pour s’autocensurer dans leur démarche entrepreneuriale.

Mes souhaits pour améliorer l'entrepreneuriat au féminin
Les avocates rencontrent les mêmes difficultés que les autres femmes de la société civile : notamment nous subissons un déséquilibre flagrant des revenus avec les hommes et ce à tranches d’âges et expériences équivalentes, de même notre représentation est insuffisante dans les instances ordinales et institutionnelles. Dans le cadre de mes fonctions de Bâtonnier de l’Ordre des avocats de Paris, je souhaite remédier à cette situation en redonnant aux jeunes femmes le goût d’entreprendre, en leur permettant de se former  et de disposer des outils nécessaires à la création de leurs structures. Je veux les aider à tous les stades du développement de leur carrière. L’Ordre doit être ainsi un véritable partenaire au service des avocats et des avocates. Loin d’être une marque de féminisme de principe, cette volonté d’égalité des sexes et des chances est la condition pour que notre profession soit attractive et performante et ce pour le plus grand bénéfice de tous. Je souhaite également inciter mes consœurs  à se défaire des freins culturels qui les empêchent d’avancer sous prétexte qu’elles ont des obligations familiales et les pousser à se regrouper et à constituer des réseaux leur permettant l’entraide et l’échange de bonnes pratiques.

Share/Save